Publicité

A-Table!-Il-est-l'heure-de-maigrir
A table! il est l'heure de maigrir


Découvrez nos programmes minceur basés sur la méthode Slender Line à base de féculents.
Pour maigrir en douceur tout en respectant votre masse musculaire...

Les lipides seuls responsables de l'excès de poids

Faute d'étre oxydés, les lipides en excès sont totalement stockés, favorisant ainsi le surpoids. Ces nouvelles données tendent à disculper les glucides et à prôner une alimentation allégée en graisse.

Nous ingérons des aliments non pas de l'énergie. Il existe une hiérarchie dans l'équilibre des bilans de nutriments, le bilan protéique ayant la priorité, suivi de près du bilan glucidique alors que le bilan lipidique n'est l'objet d'aucune régulation précise. Alors même que l'on croyait qu'un excès de glucides augmentait la masse d'un sujet par lipogenèse, les études réalisées au cours de ces dix dernières années ont clairement montré que la totalité de l'excès ingéré est métabolisé en 24 heures à la suite d'une forte stimulation de l'oxydation glucidique. Les lipides, en revanche, sont les seuls macronutriments dont l'ingestion ne stimule pas leur propre oxydation. Ainsi, un supplément de 1000 kcal de graisse donné en plus de rapport alimentaire de maintien de poids, est entièrement stocké au cours des 24 heures du test effectué en chambre respiratoire. Autre élément négatif, il semblerait que les lipides induisent une satiété moindre et moins durable que les glucides.

Cette difficulté du maintien de la balance lipidique explique pourquoi l'incidence de l'obésité est fonction du contenu lipidique de l'apport alimentaire. Dans les pays développés, les deux causes principales de l'augmentation de l'incidence de l'obésité sont les habitudes alimentaires et la sédentarité. Notre alimentation se caractérise par un apport excessif de graisses (40 % au lieu des 30-35 % recommandés par les experts), celui-ci provenant essentiellement des viandes et des fromages. Le résultat est un surpoids modéré ou sévère chez 30 % des adultes.

De fait, un changement radical des habitudes alimentaires visant à limiter l'apport de lipides au profit des glucides complexes, l'amidon surtout, devrait s'accompagner d'une régression de l'incidence de l'obésité.